« Puis-je améliorer les textes des enfants de première année ? » L’incertitude de enseignant-e-s quant à tenir compte de l’orthographe dès le début de l’apprentissage de l’écriture

Résumé | par Hanna Sauerborn
Dans le monde germanophone, la plupart des enfants apprennent à écrire d’abord avec une approche segmentaire, en application du principe selon lequel chaque lettre correspond à un son. Ce n’est qu’en deuxième année que l’on enseigne et exerce les règles expliquant les exceptions à ce principe. La faiblesse des performances de nombreux élèves en orthographe poussent beaucoup d’enseignant-e-s à remettre en question la pratique courante. Des enseignant-e-s (N=21) ont été interrogés sur leurs convictions épistémologiques (Reusser et al. 2011) concernant l’orthographe dans les petites classes à l’occasion d’un cours de formation continue. Les données ont été évaluées selon le principe du codage ouvert. Les résultats montrent que si les enseignant-e-s sont favorables à l’écriture libre avant tout pour des raisons de motivation, ils n’en ressentent pas moins une grande insécurité par rapport à la correction des textes des élèves.

Lire l'article en PDF (en allemand)



 Soutenez forumlecture.ch

Par ailleurs

Lire les contributions sur le thème du numéro 3/2016.
Thème

Recherche de publications antérieures dans les archives du Bulletin Forumlecture Suisse ou sur forumlecture.ch.
Archives

Abonnez-vous à la lettre d’information de forumlecture.ch.
S'abonner à la lettre d'information