Littératie dans la formation professionelle


Foto: Stephan Schneider

Contribution thématique de la rédaction | Numéro 1/2014
Par Glaís Sales Cordeiro, Chloé Gabathuler et Christine Tresch

« Le développement des compétences dans la langue locale et dans les langues étrangères restera ces prochaines années un élément clé dans la formation professionnelle initiale », écrit l’Office Fédéral de la Formation Professionnelle et de la Technologie (OFFT) dans son « Plan directeur de la recherche en formation professionnelle 2013-2016 » (p. 10).
Qui sait bien lire et bien écrire rencontre plus de succès d’un point de vue professionnel. En effet, pour les jeunes à la recherche d’un apprentissage une lettre de motivation bien rédigée est un atout considérable. Certaines entreprises font désormais passer des évaluations internes en lecture et en écriture lors de l’entretien d’embauche, cela même lorsqu’il s’agit d’un emploi qui ne nécessite pas forcément une grande habileté à lire et à écrire.
Pourtant, certains élèves ne sont pas suffisamment préparés aux attentes en matière de lecture, d’écriture ainsi qu’à celles liées aux différentes situations communi-cationnelles du milieu de formation professionnelle. Le présent numéro de Forumlecture se penche tout particulièrement sur ce diagnostic par le biais de compte-rendus de recherches et de récits d’expériences.

Afra Sturm présente une étude qui étaye l’affirmation selon laquelle certains élèves en apprentissage ne possèderaient pas les compétences basiques en lecture et écriture. Selon l’auteure, leurs besoins spécifiques doivent être identifiés très tôt dans leur formation car ce n’est que de cette manière que des mesures d’encouragement compensatoires pourront être mises en place.
Christian Efing montre le rôle joué par la communication dans le quotidien de la formation professionnelle. Il détermine d’une part quelle est la demande en matière de compétences littéraciques tant dans l’entreprise que dans le cadre de l’école professionnelle et d’autre part, dans quelle mesure les recommandations du plan d’études relatif à la langue a un effet positif sur les apprentis.
Avec l’introduction du Plan d’études cadre pour les écoles professionnelles (2006), la matière « Français » s’est transformée en matière « Culture générale ». Stephan Schneider s’interroge sur les conséquences de cette transformation et décrit comment l’école professionnelle de commerce et de l’industrie de Liestal a réagi vis-à-vis des besoins des élèves.

Le point est également fait sur la situation de la formation professionnelle en Suisse romande. Les contributions francophones de ce numéro cherchent à thématiser les rapports entre lecture, écriture et développement professionnel en tenant compte des spécificités des parcours de formation. La première contribution étendra cette réflexion aux interactions entre l’oral et l’écrit au niveau de l’enseignement post-obligatoire. Les textes suivants la situeront dans le cadre de la formation de futurs enseignants à différents degrés de la scolarité.
L’article de Roxane Gagnon s’inscrit dans le domaine de la formation professionnelle au niveau postobligatoire et présente des propositions didactiques vis-à-vis d’un genre oral incontournable dans cette formation : l’entretien d’embauche. A travers les activités d’expression orale, de lecture et d’écriture proposées, l’auteure montre d’une part comment le genre entretien d’embauche convoque d’autres genres écrits et oraux dans sa production et d’autre part la pertinence d’aborder ces différents rapports avec les formés pour le développement d’une meilleure maitrise du genre.
Sabine Vanhulle et Anne Clerc-Georgy abordent l’écrit sous un autre angle. Ces chercheuses considèrent les démarches d’écriture comme des outils de construction de savoirs et de développement professionnel des futurs enseignants. Elles mettent en évidence la portée et les difficultés de ces démarches en soulignant qu’elles impliquent une prise de distance et une conceptualisation par l’enseignant en formation de sa propre pratique professionnelle. Vanhulle montre comment une démarche d’écriture réflexive, un « récit de trajectoire », permet aux enseignants en formation du secondaire d’exprimer leurs questionnements liés aux stages effectués et ce qu’elle donne à voir de leurs rapports à « l’agir professionnel ». Malgré les difficultés langagières ou littéraciques que ce genre d’exercice présuppose, les récits récoltés dénotent les préoccupations des futurs enseignants liées à leur idéal d’enseigner et aux moyens à disposition, à leur rapport aux savoirs relevant de la science et de l’expérience et, finalement, au poids des prescriptions dans l’agir professionnel. Anne Clerc-Georgy discute le rôle des savoirs théoriques dans le parcours de formation des futurs enseignants des degrés préscolaires et primaires à partir des fiches de lecture et des bilans annuels de formation qu’ils écrivent. Les résultats révèlent d’une part des formes de rapport aux savoirs et à l’écriture diverses et d’autre part que l’absence de compétences littéraciques chez certains étudiants peut entraver la construction de leurs savoirs professionnels et même rigidifier certaines représentations idiosyncratiques de la profession.
La dernière contribution de ce numéro, celle de Sandrine Breithaupt, S., Anne Clerc-Georgy, Carole-Anne Deschoux et Mylène Ducrey, s’inscrit également dans le cadre de la formation des enseignants primaires. Elle présente un dispositif d’écriture visant l’appropriation par les étudiants de textes scientifiques. La recherche interroge la manière dont les étudiants abordent un texte scientifique et construisent des significations et aussi le rôle joué par les formateurs dans cette construction. De manière analogue à la contribution précédente, les auteures signalent les limites du dispositif en ce qui concerne les étudiants présentant de faibles compétences littéraciques.

Les différentes contributions de ce numéro ont mis en lumière l’importance d’une réflexion approfondie sur les rapports entre littéracie et formation professionnelle. A partir de référentiels théoriques divers, des buts spécifiques et des démarches d’analyse distinctes, les contributions ici réunies témoignent de la complexité de ces relations et y apportent, chacune, un regard particulier. Toutefois, elles montrent toutes que les capacités littéraciques des professionnels en formation sont essentielles pour agir dans leur future profession mais également pour penser cet agir.


Capacités de base des élèves d’école professionnelle en lecture et écriture et nécessité de mesures compensatoires d’encouragement

Résumé | par Afra Sturm
On considère d’une manière générale que les capacités de base en lecture et écriture doivent être acquises au plus tard à la fin du secondaire I. Or cet article présente une étude montrant qu’une partie des élèves d’école professionnelle lisent avec guère plus d’aisance que des enfants de 4e primaire ou éprouvent de grandes difficultés à rédiger des textes correctement. La formation continue dépendant également des capacités en lecture, les élèves d’école professionnelle ayant des faibles compétences littéraciques doivent être soutenus efficacement.

Lire l'article en PDF (en allemand)

 

L’entretien d’embauche au secondaire professionnel: Lire, écrire pour parler en classe de culture générale

Résumé | par Roxane Gagnon
L’article présente des propositions didactiques en vue du traitement d’un incontournable de la formation professionnelle: l’entretien d’embauche. Elle prend appui sur les résultats d’une recherche doctorale menée entre 2006 et 2010 dans laquelle, entre autres, nous avons pu discuter et expérimenter des séquences portant sur l’argumentation orale. Nous situons d’abord le contexte du cours de culture générale et détaillons les savoirs langagiers qui y sont prescrits dans les plans d’études. Puis, nous exposons une modélisation didactique du genre entretien d’embauche et une séquence d’enseignement. L’intérêt de nos propositions didactiques, en plus d’avoir été expérimentées sur le terrain, provient du fait qu’elles se nourrissent de la dynamique inhérente au genre textuel et donnent accès aux apprenants aux formes d’écrit et d’oral intermédiaires nécessaires à la production d’un genre oral. Nous montrons comment le travail sur l’entretien d’embauche est alimenté par des activités de lecture, d’écriture et d’expression orale.

Lire l'article en PDF

 

« Quand on ne peut pas s’exprimer par le langage, on ne peut pas non plus effectuer un travail précis et qualifié. » De l’importance des capacités communicatives des apprentis et des exigences qui leur sont liées

Résumé | par Christian Efing
Cet article fait un tour d’horizon des recherches effectuées à ce jour sur les exigences linguistiques et communicatives auxquelles sont confrontés les apprentis suivant un système dual de formation en entreprise et à l’école professionnelle. Pour ce faire, des travaux partant de différentes perspectives ont été passés en revue : linguistique, didactique des langues et pédagogie de la formation professionnelle. Leurs auteurs recourent à différentes approches méthodologiques pour tenter de recenser et de décrire les exigences ayant cours dans ce type de formation, qui est traditionnellement suivi par des personnes n’ayant pas un diplôme universitaire. L’article questionne en outre l’importance de la communication pour la réussite de la formation ainsi que les facteurs contextuels qui influencent les exigences en matière de communication langagière, tant du point de vue qualitatif que quantitatif. Enfin, on trouvera un aperçu des principaux facteurs identifiés dans le débat actuel sur la question et pouvant contribuer à améliorer l’efficacité des programmes de soutien linguistique destinés aux élèves d’école professionnelle.

Lire l'article en PDF (en allemand)

 

 



 Soutenez forumlecture.ch

Autres articles actuels

Comprendre le développement professionnel par l’analyse des discours
par Sabine Vanhulle

Maîtrise de la littératie et processus de formation des futurs enseignants : l’écriture en formation comme levier ou comme obstacle du développement professionnel?
par Anne Clerc-Georgy
 

Du coté de la pratique

Soutien linguistique dans la formation professionnelle : risques et opportunités dans les écoles professionnelles
par Stephan Schneider

Apprendre à lire... aux futures enseignantes
par Sandrine Breithaupt, Anne Clerc-Georgy, Carole-Anne Deschoux et Mylène Ducrey

Par ailleurs

Recherche de publications antérieures dans les archives du Bulletin Forumlecture Suisse ou sur forumlecture.ch.
Archives

Recherche de projets liés au thème du dossier dans les banques de données.
Liens vers les banques de données

Informations sur les thèmes des prochains numéros. 
Thèmes des prochains numéros

Abonnez-vous à la lettre d’information de forumlecture.ch.
S'abonner à la lettre d'information