La performance à l’oral

Photo: Giovanni Gregoletto

Thème du numéro 1/2016
Par Christine Tresch (trad. Carole-Anne Deschoux)

Au début du développement de la littératie, les textes se présentent sous forme orale: rimes, versets, histoires extraites de l’imagination ou des livres d’images. Avec le développement des enfants, les textes oraux ne disparaissent pas de la culture écrite. Au contraire. La lecture à voix haute et  le fait de raconter des histoires jouent un rôle important dans l’emploi du temps scolaire – et a des répercussions sur la vie scolaire et familiale. Mais même des formes de littérature orale sont en plein essor dans les lieux publics : slams, concours de rapp, festivals de contes, „lecture happenings“ ... le fait d’ inventer des histoires jouit d'une grande popularité.

En Suisse alémanique par exemple, il existe une formation de langage oral „Bern ist überall“ qui joue avec le dialecte et la langue stéréotypée. Elle enchante la scène, produit des CD et des livres et rend littéraire le langage courant.
Que se passe-t-il avec ces nouvelles dimensions performatives de l’oral ? Qu’est-ce qui les distingue de l'écriture ? Est-ce que ces nouvelles formes de littérature doivent être encouragées ?

Certaines contributions de ce numéro de forumlecture sont consacrées à la performance orale sous toutes ses facettes. D’autres textes de la recherche et de la pratique traitent de l’emploi de la littératie dans le récit par les livres d'images, mais aussi de la narration à l’oral et lors d’exposés à l'école. Les questions de multimodalité et de littératie sont également traitées.

Lire les articles


 

Promouvoir le développement de la litéracie dès la petite enfance avec des livres d’images sans texte. Focale sur les stratégies d’adultes «lecteurs à voix haute»


Résumé | par Linda Stark et Benjamin Uhl
Théoriciens et praticiens semblent être d’accord en attribuant à la réception des albums une influence positive sur le développement en littératie des enfants. Surtout en ce qui concerne l’accès que permet le texte littéraire transmis oralement aux formes du langage écrit ; ainsi la réception des albums semble enrichir l’input quotidien que reçoivent les enfants. Mais jusqu’où les albums sans texte peuvent soutenir le développement en littératie est loin d’être clair du point de vue théorique et empirique.
Comblant cette lacune, nous avons analysé cinq échanges entre un enfant (à l’âge de 2;3-5;6) et un parent à la base d’un album sans texte. Ce faisant nous avons pu identifier certaines stratégies dont se servent les parents pour soutenir le développement littératique de leurs enfants. Nous visons à démontrer par nos analyses que ces stratégies ne sont pas arbitraires mais qu’elles doivent être considérées par rapport au niveau de développement de l’enfant.

Lire l'article central n° 1


Performances poétiques slamées par des élèves du secondaire québécois : espace d’existence et d’affirmation de soi. Et quels apprentissages?

Résumé | par Judith Émery-Bruneau et Joey Néron
L’apprentissage du slam est prescrit dans les programmes d’enseignement du français au secondaire québécois depuis 2009, même si la pratique sociale existe depuis moins d’une dizaine d’années au Québec. Les enseignants ont donc peu à peu fait entendre du slam ou visionner des performances slamées en classe; d’autres ont même fait participer leurs élèves au Grand slam du secondaire, une joute de slam interscolaire. Nous nous sommes alors demandées quelles sont les caractéristiques textuelles et sémantiques récurrentes dans les textes d’élèves-slameurs? Quels thèmes privilégient-ils davantage? Quels procédés d’écriture utilisent-ils le plus fréquemment? À quoi ressemblent leurs performances poétiques slamées? Notre étude repose sur trois objectifs : 1) décrire les caractéristiques textuelles et sémantiques des textes slamés par les élèves; 2) décrire les caractéristiques vocales et corporelles de leurs performances poétiques; 3) comprendre les liens entre la performance poétique slamée et les textes écrits par les élèves. Notre analyse montre que la performance slamée est un espace d’existence et d’affirmation de soi pour les élèves. Quant à leurs apprentissages, bien que la transposition didactique de ce genre ne semble pas achevée, la pertinence didactique de son enseignement nous apparait manifeste pour amener les élèves à transformer leur rapport à l’écrit, à préparer et à réaliser une performance orale consciente, et à exprimer leurs réceptions singulières et collectives.

Lire l'article central n° 2


Oralité, performance et paternité littéraire sur la scène de la littérature orale

Résumé | par par Corina Caduff
Depuis les années 1990, la littérature orale a fait sa place dans le monde germanophone. La transformation générale des manifestations culturelles en événements a engendré de multiples formes de littérature orale (spoken word). En Suisse, c’est notamment le collectif d’auteurs « Bern ist überall » qui diffuse et promeut l’oralité et la littérature en dialecte. Dans ce domaine, la paternité littéraire prend deux formes : écrite (l’auteur en tant qu’écrivain) et orale (l’auteur en tant que performer en chair et en os). En s’appuyant sur les exemples de Nora Gomringer (née en 1980) et Pedro Lenz (né en 1965), l’article montre comment se déroule une performance langagière et comment le texte conçu à cette fin est littéralement marqué des caractéristiques de l’oralité.

Lire l'article central n° 3

Bénis soient les mots dits !

Résumé | Témoignage de Jonas Brülhart
Jonas explique le poids et la valeur des mots dans sa pratique du rap. Il évoque ses lieux d’inspiration et ses passages de frontières. Il explique comment il invite ceux qui l’écoutent à le suivre et à se perdre parfois. Joueur, il jubile et nous fait jubiler.

Lire l'article central n° 4

Un cercle de parole à l’école enfantine comme contexte d’acquisition des formes scolaires de la communication

Résumé | par Dieter Isler, Esther Wiesner et Sibylle Künzli
Par leur expérience au sein de leurs familles, les enfants sont déjà familiarisés de diverses manières avec des formes de communication présentes à l’école comme les interactions en classe, les activités langagières nécessaires à l’acquisition du savoir et à l’objectivation du langage.   Il faudrait que tous aient l’occasion, au niveau de l’école enfantine, d’acquérir ces formes de communication typiques du milieu scolaire. Le projet ProSpiK vise ainsi à reconstruire par séquences la communication au quotidien dans huit classes d’école enfantine. Il met l’accent sur les formes de communication, leurs interactions et leur sens dans la reproduction ou la diminution des inégalités à traiter en formation. Différents résultats sont obtenus du matériel recueilli. Avec l’exemple de la séquence des devinettes, elles mettent en évidence la fonction structurante d’activités, les interactions corps-espace et la multimodalité, mais aussi l’approche de l’activité langagière descriptive en tant qu’objet d’enseignement abstrait et les savoirs implicites qui fondent l’action commune. Ces résultats sont ensuite réunis et discutés dans la perspective des trois questions qui initient l’étude.

Lire l'article central n° 5

Du coté de la pratique


La marionnette comme outil de médiation des apprentissages langagiers sociaux et culturels au premier cycle de l’école primaire

par Danièle Frossard et Roxane Gagnon
Dans ce texte, nous montrons que les marionnettes sont de puissants outils pour l’enseignement-apprentissage de la production orale. Ces figurines, faites de matériaux de toutes sortes, offrent de nombreuses possibilités d’invention théâtrale et permettent de représenter le monde dans de nouvelles dimensions. Nous proposons diverses activités en vue de faire produire des saynètes orales avec des marionnettes à des élèves de la fin du premier cycle primaire. Basées sur différents scripts, requérant l’utilisation d’une variété de marionnettes, ces activités visent à développer des capacités en expression orale, mais aussi des capacités de collaboration, mobilisant la pensée créatrice et le vivre ensemble.

Lire l'article en PDF

La lecture à haute voix qui prend sens à l'école

Résumé | par Judith Kreuz
Lire avec facilité ? Mais comment ? Raconter des histoires est un des outils les plus importants pour promouvoir les connaissances linguistique et social d’un enfant. Ainsi, il incombe aux maternelles et aux écoles primaires d’encourager l'apprentissage de la langue chez les étudiants par l'intermédiaire de la lecture à haute voix.
Les exigences que ceci peut signifier pour les enseignants ne doit pas être sous-estimée. Raconter une histoire est un art qui doit être pratiqué – jusqu'à ce qu'il touche l'auditeur et peut stimuler l’imagination, libérer la créativité et soutenir les processus cognitifs.
L'article suivant traite la question de comment effectuer une bonne lecture à voix haute, avec une expression adaptée au contexte (par exemple mettant le stress au bon endroit, utilisant une mélodie naturelle et démontrant une structure stable). Plusieurs exemples illustrent des moyens qui permettent le lecteur de capter l’attention des élèves tout en les encourageant à développer leurs connaissances linguistiques.

Lire l'article en PDF (en allemand)

Le BookTubing : une occasion différente de faire de la performance orale ? Et oui, en dépit de la littérature !

Résumé | par Vanessa Depallens
Cet article nous présente une pratique de Booktubing très appréciée par les adolescentes. Elle consiste à présenter des lectures en faisant fi des conventions littéraires tout en assumant une posture affirmée de lectrice.
Avez-vous déjà entendu parler du BookTubing ?  Ce néologisme est la contraction de « book » et de « tube » qui fait référence à la plateforme « you tube ».  Il s’agit donc d’un moyen de parler livres via internet et de mettre à disposition ses lectures ».

Lire l'article en PDF

Recherche sur l’oralité à partir d’un festival de contes

Résumé | par Eva Göksel et Nadine Nell-Tuor
Un festival de contes est un événement auquel il s’agit d’apprécier des contes et des histoires orales  chacun raconte et chacun écoute. Il existe plusieurs variantes d’un tel festival, nous en présentons deux dans cet article.
Ces deux festivals poursuivent l'objectif de permettre aux élèves de découvrir la valeur de la narration et d'apprendre à parler librement devant les autres, tout en restant dans un milieu bien encadré. L’immersion dans une histoire, l’écoute attentive, l’invention d’une histoire et son contage avec enthousiasme : tout cela comprend des compétences hétérogènes.
Le centre de l’oralité à la haute école pédagogique de Zug organise chaque année un festival de contes auquel sont invités des classes primaires et secondaires de la région. Le centre soutient également les écoles qui s’intéressent à organiser leur propre festival interne.
Ainsi un festival de contes soutient ce développement et encourage les participants à prendre plaisir, à s’adresser à un public plus large et à célébrer le fait de partager et d’écouter des contes et des histoires avec d’autres conteurs.


Lire l'article en PDF (en allemand)

Autres articles actuels


Priorité au soutien du spoken word : pourquoi le pourcent culturel Migros investit dans cette forme d’art scénique ?

Résumé | par Yeboaa Ofosu
Depuis les années 1990, le slam fait partie intégrante de la scène littéraire. Ses manifestations attirent un large public, souvent jeune. Qu’est-ce qui caractérise exactement cette forme d’expression artistique ? Comment se distingue-t-elle de la prose traditionnelle, de la poésie ou de l’écriture théâtrale ? Ces questions sont traitées dans la première partie de l’article. La seconde partie expose la nouvelle orientation de l’aide à la littérature défendue par le pourcent culturel Migros qui la fonde sur un état des lieux et une évaluation de la promotion privée et publique de la littérature aujourd’hui en Suisse. Le nouveau système de promotion s’adapte aux mutations du paysage littéraire par des mesures ciblées, notamment le projet de soutien Lyrik und Spoken. Ainsi l’aide traditionnelle du pourcent culturel Migros à l’art lyrique est complétée par la promotion explicite de l’expression littéraire spoken word.

Lire l'article en PDF (en allemand)

Se présenter comme compétences littéraciques ?

Résumé | par Olaf Gätje, Michael Krelle, Ulrike Behrens et Elke Grundler
Cet article esquisse un concept qui est celui de la compétence littéracique. Il renvoie au concept de littératie de Feilke (2011) présenté de manière multimodale et informatisée. Il montre qu’un tel concept est compatible avec les exigences de la société telles qu’elles sont formulées dans les standards de formation applicables en Allemagne arrêtés par la conférence des ministres de la Culture (KMK). « Être capable de faire une présentation » représente, dans cette perspective, un faisceau de compétences langagières, médiales et cognitives nécessaires à la préparation (situation I) et à l’exécution (situation II) de présentations. Dans ce contexte, les désidérata de la recherche du point de vue didactique sont exposés et transposés dans un projet de recherche.

Lire l'article en PDF (en allemand)


L’acquisition de formes littéraciques vérifiée par la narration orale : une étude pilote  

Résumé | par Juliane Stude
Avant la scolarisation, les enfants ont déjà des contacts avec l’écrit de diverses manières. L’article est consacré à la question de la reconstruction dans la littératie de la compréhension des enfants par le biais de productions langagières orales. Dans la première partie, il donne une vue d’ensemble des conceptions actuelles en matière d’apprentissage précoce de la littératie et met en évidence l’importance de l’apprentissage de la narration. La deuxième partie rend compte des résultats d’une étude pilote ciblant l’utilisation de formes littéraciques et d’autocorrections dans des narrations obtenues d’enfants de six et sept ans. Il en ressort que, dès le début, les enfants se servent, de manière active et dans une démarche consciente, de concepts appartenant au domaine de l’écrit.

Lire l'article en PDF (en allemand)


L’action multimodale dans l’enseignement

Résumé | par Esther Wiesner
Quand les apprenants peuvent s’exprimer avec tous les moyens dont ils disposent pour s’approprier des contenus didactiques, les étudier et les transmettre, ils peuvent participer à l’enseignement et le vivre comme quelque chose qui a du sens. L’apprentissage des langues devrait ainsi se faire davantage sous l’angle de la multimodalité, de sorte que les apprenants aussi bien que les enseignants en profitent : les résultats du projet pilote myPad multimodal montrent bien que la multimodalité offre une multitude de possibilités d’expression, de participation, d’apprentissages entre pairs, d’explicitation des processus d’apprentissages et leurs critères de réussite et propose des moyens d’accompagner et de documenter le processus.
Après une introduction (partie 1) et une brève présentation de la thématique de l’oralité, de la multimodalité et de la multiréalité (partie 2), l’article se consacre au projet pilote myPad multimodal : après avoir commenté le plan de recherche (partie 3), il donne un coup de projecteur sur les résultats des analyses (partie 4) afin d’illustrer les activités multimodales des enfants. Il s’appuie sur les analyses des documents multimodaux produits par les enfants dans les classes participant au projet. L’article présente un petit choix d’extraits des interviews de groupes. La partie 5 résume les commentaires faits dans l’article dans le contexte de la littératie et de l’oralité. La partie 6 contextualise les résultats du projet dans le cadre de la didactique de l’allemand, alors que la partie 7 donne un aperçu des aspects sur lesquels porteront les travaux futurs du groupe de recherche dans le contexte de la multimodalité, de la multiréalité et de l’apprentissage des langues.

Lire l'article en PDF (en allemand)



Bienvenue sur forumlecture.ch!

Bienvenue sur forumlecture.ch, la plate-forme internet sur la littératie, éditée par l’association Forum suisse sur la lecture! Ce site s’adresse à des personnes impliquées professionnellement dans la recherche et la pratique de la littératie, mais aussi au public intéressé.
Nous entendons la littératie au sens large comme l’aptitude à utiliser l’écriture et les médias fondés sur l’écrit dans tous les contextes sociaux et à tous les âges.
Davantage d'informations sur la plate-forme


 

Leporello_F_Webbild_klein.jpg
Prospectus d'information

 Soutenez forumlecture.ch

Du coté de la pratique

La marionnette comme outil de médiation des apprentissages langagiers sociaux et culturels au premier cycle de l’école primaire
par Danièle Frossard et Roxane Gagnon

La lecture à haute voix qui a du sens à l'école
par Judith Kreuz

Le BookTubing : une occasion différente de faire de la performance orale ? Et oui, en dépit de la littérature !
par Vanessa Depallens

Recherche sur l’oralité à partir d’un festi-val de contes
par Eva Göksel et Nadine Nell-Tuor

Autres articles

Priorité au soutien du slam : pourquoi le pourcent culturel Migros investit dans cette forme d’art scénique
par Yeboaa Ofosu

Se présenter comme compétences littéraciques ?
par Olaf Gätje, Michael Krelle, Ulrike Behrens et Elke Grundler

L’acquisition de formes littéraciques véri-fiée par la narration orale : une étude pilote
par Juliane Stude

L’action multimodale dans l’enseignement
par Esther Wiesner

 Soutenez forumlecture.ch

Par ailleurs

Comment publier sur forumlecture.ch.
Télécharger les recommandations aux auteurs

Recherche de publications antérieures dans les archives du Bulletin Forumlecture Suisse ou sur forumlecture.ch.
Archives

Recherche de projets liés au thème du dossier dans les banques de données.
Liens vers les banques de données

Informations sur les thèmes des prochains numéros. 
Thèmes des prochains numéros

Abonnez-vous à la lettre d’information de forumlecture.ch.
S'abonner à la lettre d'information